Procès-verbal de l’AGA 2018

Procès-verbal

Assemblée générale annuelle

Salle des Loisirs, 144 rue Du Couvent, Mont-Tremblant,   

Tenue le dimanche le 17 juin 2018 à 9H30

                                                                                                                                                            

  1. Ouverture de l’assemblée et mot de bienvenue de la présidente

9 h 30: Début de l’assemblée. 32 membres sont présents ainsi que 3 invités.

Mme la Présidente, Thérèse Borduas, souhaite la bienvenue et présente les invités:

– Mme Mélanie Matte, conseillère de notre district au conseil de la Ville de Mont-Tremblant;

– Mme Sandra Gagné, inspectrice au service de l’environnement à la Ville de Mont-Tremblant; et

– M. Pascal De Bellefeuille, conseiller du district de la Montagne au conseil de la Ville de Mont-Tremblant, se joindra plus tard.

Sur notre liste d’invités figuraient Messieurs Causse et Levac, qui ont décliné l’invitation, ainsi que M. François Marcoux, qui n’a pu se rendre disponible.

  1. Adoption de l’ordre du jour

L’adoption de l’ordre du jour est proposée par M. Brian Benoît et appuyé par Mme Sylvia Orlando.

Proposition adoptée.

  1. Adoption du procès-verbal de l’assemblée générale annuelle du 11 juin 2017

Le procès-verbal ayant déjà été distribué par courriel aux membres, Mme Thérèse Borduas propose une dispense de lecture.

L’adoption du procès-verbal de l’AGA 2017 est proposée par M. Alain Royer et appuyé par M. Claude Ouimet.

Proposition adoptée.

  1. Rapport de la présidence

 Avec le support d’une présentation visuelle, Mme Borduas rappelle la mission de l’association du lac Mercier depuis maintenant 28 ans, l’important travail bénévole accompli par les administrateurs, les progrès obtenus et dossiers qui demeurent préoccupants.  L’association se porte bien mais il y a encore du travail à accomplir.  Mme Borduas souligne d’ailleurs l’importance de l’implication de chacun afin de protéger l’environnement du lac et préserver la qualité de vie des résidents.

  1. Rapport de la trésorerie

M. Jean-Luc Martineau présente les résultats de l’exercice financier se terminant le 31 mai 2018. Essentiellement, l’association compte deux (2) membres de moins. Elle présente peu de dépenses, ce qui dégage un surplus de 1 882,80 $ pour la fin d’exercice.

M. Richard Fortier demande ce qu’il adviendra du surplus accumulé. Mme Borduas répond que cette décision relèvera du conseil d’administration. Mme Borduas remercie Jean-Luc Martineau pour son travail.

L’adoption des états financiers 2017-18 est proposée par Mme Lucie Hétu, appuyée par M. Richard Fortier.

Proposition adoptée.

  1. Dossiers en cours

 Qualité de l’eau – résultats été 2017:

Mme Borduas présente les résultats de mesures de transparence faits par notre équipe en 2017 et note que les résultats sont comparables aux années précédentes.   La combinaison des indices de phosphore, chlorophylle et de transparence classe le Lac Mercier dans la catégorie des lacs qui démontrent peu de signes de vieillissement.

 a.   Dossier myriophylle – rôle et responsabilités

Mme Sandra Gagné, biologiste, expose à l’assemblée que :

  • Selon les échantillons prélevés en juillet 2017, le taux de phosphore a diminué et ce, probablement en raison des efforts individuels des résidents depuis plusieurs années (amélioration des installations de fosses septiques) et de la ville (égouts pluviaux mieux contrôlés).
  • Il y a environ dix (10) espèces de plantes aquatiques présentes dans le lac dont malheureusement le myriophylle. Toutefois, il semblerait y avoir diminution de la présence de celui-ci.  Les principales zones sont situées près de la plage municipale.
  • Une cartographie à l’aide d’un GPS a été effectuée afin de localiser la présence de plantes myriophylles.
  • Mme Gagné croit que la diminution serait liée à la baisse du phosphore.
  • Elle fonde ses espoirs dans l’amélioration de la situation sur la sensibilisation.
  • Des bouées identifiant les principaux sites de myriophylles seront installées sous peu (six (6) bouées réparties sur deux (2) sites).

M. Gabriel Lépine demande s’il ne serait pas opportun d’employer une portion des surplus pour l’achat et l’installation de bouées additionnelles. Mme Borduas répond que le coût de chacune des bouées est d’environ 600$ incluant les coûts d’entretien (réparation). Il faut ajouter à ça des coûts possibles liés à l’installation et le retrait des bouées.

M. Gabriel Lépine propose que l’on installe des bouées supplémentaires et que des jeunes soient embauchés pour voir à leur installation. Mme Sylvia Orlando appuie cette proposition.

Des membres questionnent l’immobilisme de la Ville de Mont-Tremblant dans ce dossier.  M. Pascal De Bellefeuille indique qu’il doit s’agir d’un projet spécial sans s’avancer outre mesure.  La position de la ville fait l’objet d’une discussion.

Mme Borduas formule une proposition pour fins de vote, soit celle d’ « Avoir plus de bouées et de trouver des volontaires pour l’installation/retrait des bouées jusqu’à ce qu’il y ait relève de la part de la ville.

Mme Sylvia Orlando suggère la possibilité d’embaucher quelqu’un :

  • Vote en faveur : grande majorité
  • Vote contre : aucun

Proposition adoptée.

Mme Gagné indique enfin qu’il y a une forte présence d’Ériocaulon aquatique dans le lac et que ceci est positif.

b.   Marais filtrant du chemin Plouffe – entretien

 Mme Sandra Gagné indique que le marais filtrant a été installé en 2012.  Il sera vidé cette année afin d’être nettoyé.  Le principe est de permettre à l’eau pluviale de la ville et à l’eau s’écoulant du Lac Moore de se faire filtrer par les plantes du marais.  Les travaux sont prévus pour début juillet 2018.

c.   Érosion des berges et navigation des bateaux au centre du lac

Il semble y avoir amélioration de l’état des berges mais l’érosion demeure une situation préoccupante.  Un membre, M. Claude Ouimet, souligne la présence d’un tuyau qui flotte près de la roche jaune et mentionne que ceci représente un danger pour la navigation.

d.   – Ce point a été retiré de l’ordre du jour.

Divers scénarios sont à l’étude concernant le projet de remplacement des installations septiques du camp Kinneret et il n’y a rien de concret pour l’instant. Ce sujet est donc retiré de l’ordre du jour puisqu’aucun scénario n’est présentement retenu.

e.   Brûlage de matériaux de démolition, permis de construction et impact sur l’environnement

Mme Michèle Bergevin résume l’incident survenu au cours de la fin de semaine de Pâques.  Essentiellement, les débris de démolition d’une maison ont été brûlés, incluant des matériaux de construction polluants et diverses composantes calcinées ont été enfouies.  Elle souligne que lorsqu’il y a une démolition, la disposition des débris de démolition devrait être mieux encadrée.

Dans ce dossier, les travaux ont été exécutés lors d’une fin de semaine.  Il semble évident que les travaux visaient à ne pas attirer les regards sur ce qui a été fait.  Selon M. Pascal De Bellefeuille, du côté de la ville, des permis ont été émis.  Il prend toutefois bonne note de ce qui est mentionné.

Mme Borduas souligne que la ville devrait tout simplement s’assurer de faire respecter son règlement et refuser d’émettre un permis pour brûler des matériaux de construction ou de démolition.

Mme Michèle Bergevin rappelle également ses questionnements quant à la construction de la résidence à l’entrée du lac (déboisement et installation de murs de soutènement en béton avec un impact majeur sur le paysage).  Elle soulève que cette situation a donné lieu à beaucoup de plaintes.  Elle formule le souhait que ce soit la dernière fois que l’on assiste à une telle situation.

f.   Contrôle des mises à l’eau au débarcadère et lavage d’embarcations

Mme Sandra Gagné souligne que des consignes sont données à la plage pour vérifier que le nouveau règlement sur le lavage des embarcations soit respecté.

Elle indique qu’il y a une grande amélioration par rapport à la situation antérieure grâce aux barrières et aux caméras de surveillance.

Elle indique que le Règlement 2018-159 concernant le lavage des embarcations vise tout ce qui va à l’eau :

  • Embarcations non-motorisées : doivent être nettoyées à un minimum de trente (30) mètres d’un cours d’eau
  • Embarcations motorisées : doivent être lavées et une étiquette doit être apposée sur l’embarcation ainsi que sur la remorque avant la mise à l’eau. Il y a quatre (4) stations de lavage, dont Garage Matte, Défi Sport et Lave Auto Mont-Tremblant. Des vignettes sont apposées sur l’embarcation lavée.

Le lien entre le lavage et la qualité des lacs est le suivant :

  • Les embarcations qui passent d’un lac à l’autre est source de propagation des myriophylles; et
  • L’apposition de vignette permet un suivi afin de limiter les contrevenants.

g.   Parc linéaire: régularisation des permis d’occupation et suivi de la politique de la MRC

Mme Borduas relate les communications qu’elle a eues avec M. Dontigny et Mme Vicky Fréchette à la MRC, ainsi qu’avec Mme Geneviève Demers de la Ville :

  • La MRC a fait l’inventaire des non-conformités en 2014, puis a émis des constats d’installations illégales; le délai pour rendre conformes les installations était fixé à janvier 2016. Ces conditions devaient être remplies avant l’émission d’un permis d’occupation;
  • 27 des 50 demandes ont été transmises au Ministère des Transports; et
  • 19 demandes n’ont pas été transmises parce qu’incomplètes.

Les membres dont les demandes étaient incomplètes ont été contactés par l’association.  Quatre (4) permis ont à ce jour été émis. Les demandeurs de permis sont toujours en attente de recevoir leur acceptation.

Au Ministère des transports, une personne est maintenant assignée à ce dossier.

h.   Asphaltage parc linéaire, entretien de la piste cyclable

 Mme Borduas souligne que l’association est aux aguets suite aux rumeurs qui circulent.  Elle rappelle que l’association a transmis de nouveau le mémoire qu’elle a préparé contre l’asphaltage.  M. Pascal De Bellefeuille indique qu’il n’y a pas d’intention du côté de la ville à procéder au pavage.

  1. Période de questions

Mme Sylvia Orlando suggère que soit élargi le territoire admissible pour devenir membre de l’association. Mme Borduas indique que cette demande sera discutée au niveau du conseil d’administration.

On souligne également la coupe d’arbres de façon drastique le long de la piste cyclable.  La MRC répond que celle-ci est justifiée.  Mme Borduas questionne la réponse de la MRC.  Il semble que nous ayons peu de pouvoirs dans ce dossier.  M. Pascal De Bellefeuille dit qu’un suivi sera effectué auprès de la ville.

M. Pascal De Bellefeuille présente l’implication de la ville au niveau de divers dossiers ayant un impact dans le village incluant notamment l’aménagement de pistes cyclables le long du chemin du village et des travaux sur la gare (peinture et éclairage). Quant à l’Auberge de la Porte Rouge, la Ville, maintenant propriétaire, a loué à un tiers afin d’assurer l’offre d’hébergement pendant la prochaine année.

Quant au marché d’été, il y aura plus de marchands (ils ne se font plus imposer de frais) et la période sera plus longue (du 30 juin à la fin septembre) et des heures plus accessibles (de 10 heures à 14 heures).

  1. Période d’élections

Le mandat des administrateurs étant terminé, le conseil d’administration est dissout.

Mme Michèle Bergevin est nommée présidente d’élections.

Adopté à l’unanimité.

Mme Bergevin indique que cinq (5) postes sont ouverts.  Aux termes de la présentation de nouveaux candidats, les mises en candidature sont les suivantes :

  • François Raymond (administrateur existant)
  • Scott Hayword (administrateur existant)

Sont proposés les noms suivants :

  • Patrice Vachon
  • Serge Massicotte

Afin de combler le 5e poste vacant, se porte volontaire :

  • Gabriel Lépine

M. Richard Fortier propose, appuyé par Mme Sylvia Orlando, que Mme Thérèse Borduas demeure en poste, afin que l’association puisse bénéficier des connaissances et de l’expérience acquise par Mme Thérèse Borduas au fil des années à titre d’administratrice et de présidente de l’association.

Mme Borduas indique qu’elle est ouverte à l’idée d’aider à la transition mais qu’elle se sentirait plus à l’aise de le faire à titre de membre du conseil.

Après discussion, M. Richard Fortier propose:

d’élargir le conseil à six (6) membres nonobstant la mention aux règlements généraux que le nombre est de cinq (5) membres.

Cette proposition fait consensus.

Il est donc décidé que les administrateurs pour la prochaine année seront les personnes suivantes :

  • Thérèse Borduas, pour une période transitoire
  • Scott Hayward
  • Gabriel Lépine, dont le statut demeure sujet à être validé
  • Serge Massicotte
  • François Raymond
  • Patrice Vachon

 

  1. Levée de l’assemblée

L’ordre du jour étant épuisé, l’assemblée est levée à 11 h 45.

 

François Raymond, secrétaire.

error: Alert: Content is protected !!