Les usages du parc linéaire à travers les ans

 

 A-PL1

A-PL2

Le démantèlement des rails de la voie ferrée dans les années 80 est le début d’une grande divergence entre les citoyens.

 

L’emprise ferroviaire désaffectée devenue disponible, est alors offerte aux motoneigistes, tandis que des résidents du lac réclament une vocation « verte » au parc linéaire.

  • L’Association du lac Mercier s’oppose à l’activité des motoneiges sur l’emprise ferroviaire (1990) qui est vite devenue une autoroute de motoneiges.

Un comité du Parc linéaire est formé pour trouver des solutions :

– Rencontres avec les clubs de motoneiges, l’ Association Touristique des Laurentides (ATL)

– Dépôt d’un Mémoire et représentations à la municipalité de Mont-Tremblant, la MRC, le CRLL, le Canadien Pacifique et le Gouvernement provincial, afin de trouver des solutions pour réduire les inconvénients occasionnés par le trafic dense de motoneiges, de jour comme de nuit

– Multiples démarches en vue de suggérer des voies de contournement pour la piste de motoneiges (1991-1993)

– Échec des démarches entreprises puis préparation d’un recours judiciaire

– Présentation d’une requête pour jugement déclaratoire visant à interdire les motoneiges sur le Parc Linéaire (octobre 1993); le gouvernement du Québec dépose 2 injonctions allant à l’encontre de notre cause judiciaire

Rejet de notre requête par le Jugement Crête en août1996.

A-PL3 (2)

 

La surface gelée et lisse du lac Mercier est devenue une piste de course pour les motoneiges durant  les hivers 1992 et 1993.

 

  • L’association est mandatée de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les droits des riverains. Divers moyens incitatifs sont mis en place pour tenter de contrôler les motoneiges sur le lac (1993-1998)
  • Appui à la « Coalition pour la protection de l’environnement du parc linéaire Le petit train du Nord »

-Jugement Langlois du 30 novembre 2004  interdisant les motoneiges entre Saint-Faustin-Lac-Carré et Labelle.

Pour un résumé des actions entreprises depuis le début

-Après plusieurs années de délai, le jugement ayant été porté en appel, ce n’est qu’en 2009 que les riverains du parc linéaire ont finalement gain de cause.

Pour en savoir plus sur le sujet

 

  • L’Association s’implique  de façon constante dans le dossier des usages projetés sur le Parc Linéaire :

– Opposition au projet d’asphaltage du Parc Linéaire (depuis 2004)

– Vigilance face aux projets de promoteurs d’activités non écologiques sur le parc linéaire

– Opposition au « Projet de Tram touristique » en 2006;

– Interventions face au « projet de renaissance du P’tit Train du Nord » (depuis 2006, encore actif)

– Requête à la MRC pour une vocation d’activités de plein air non motorisées sur le Parc Linéaire (2005)

PL1 (2)

                        PL2

  • Demandes à la MRC de définir les règles, droits et permissions d’occupation dans l’emprise du Parc Linéaire (2005- 2014)

– Constat d’ occupations non autorisées de la bande riveraine au niveau de l’emprise ferroviaire désaffectée

– Demande relative aux permissions d’occupation, suite aux nombreuses installations en bordure le piste,  ( 2005)

  • Interventions en vue de promouvoir des activités non polluantes sur le parc linéaire
  • Actions visant à maintenir la stabilité de la surface de l’emprise ferroviaire où d’importants contaminants y sont emprisonnés
  • Demande à la MRC de limiter au minimum le contrôle de la végétation sur l’emprise du parc linéaire.
  • L’association demeure également vigilante en ce qui a trait aux pressions exercées en faveur de l’asphaltage de la surface du parc linéaire.

 

 

 

 

 

error: Alert: Content is protected !!