Our lake has a soul!

Happy Holidays!

 

« Our lake has a Soul»

Vous reconnaîtrez-vous?

Car, c’est de chacun de vous dont nous allons maintenant parler…

Nous sommes en l’an 2019, le 24 décembre, 5h20 AM. La nuit dernière a laissé sa plus récente bordée de neige.  Mais… quelle tempête!  Plusieurs résidents de notre Lac sont encore endormis, bien calés dans les bras de Morphée.  Dehors, tout est paisible et d’un blanc immaculé à perte de vue.  À la radio, on commence à énumérer les autoroutes fermées. « 86  pouces » de nouvelle neige viennent de s’abattre sur notre merveilleux Lac et les chaumières de nos résidents durant la nuit … Les déneigeuses sont à l’œuvre, mais ne fournissent pas. La montagne se prépare à une grande affluence, pour ceux et celles qui pourront s’y rendre… Gilles salive déjà à l’idée d’enfiler ses raquettes et sortir la famille pour une balade en plein air. Ima suivra assurément chantonnant des chants de Noël pour nous tous. Marie-Claude arpente déjà le salon dans ses combines rouges, au téléphone avec France et Angèle, alors que le pauvre Scott est pris dans un banc de neige entre Ottawa et Tremblant et que Johanne est en train de préparer les crêpes pour son François chéri. Lucie vient tout juste de jeter un coup d’œil dehors… et retourne se coucher.  Pat, déjà debout depuis 3h00, en short, se balade sur le balcon, pieds nus dans cette abondante neige et revient à son Laptop pour terminer cette petite histoire. Maryse et Peter salivent déjà à l’idée de lire cette histoire.

BEN QUOI ? Je peux bien rêver et m’amusez avec vous, non ?

La fébrilité des enfants est à son apogée. Pauvre Noah : il est encore trop jeune pour le réaliser et Gabriel a beau lui raconter des histoires de Noël pour l’endormir, il ne fait que compter les moutons avec Julia…

Dans quelques heures, un OVNI rouge tiré par des Rennes quelque peu ankylosés par cette longue année passée à brouter, sillonnera notre ciel, noir couleur d’encre, tout au-dessus de notre Lac, ciblant cheminées après cheminées et cherchant les enfants sages. Frédéric croise les doigts aux côtés de Louise et Denis tout comme les trois enfants de Jean-Philippe et Mireille. Un vieux monsieur vêtu de rouge, cheveux grisonnent et quelque peu bedonnant, appelé « Père …quelque chose » (Non Non Richard ou Jacques : ce n’est pas de moi qu’on parle), entamera sa longue descente dans un petit tuyau noir recouvert de suie pour savourer ce petit verre de lait de coco et ces quelques biscuits que Marianne lui aura confectionnés, avec ses trois enfants. Puis ce sera la cheminée et les biscuits de Louise et ceux de Lucie et après ceux de Dominique, Diane. Marie, Calista, Lyne, Denise puis Dorothy.  Oui oui France : Il passera aussi chez vous déguster vos biscuits, avant qu’André ne les dévore tous…

BEN QUOI ? J’ai toujours mon esprit taquin et enfantin, malgré mon jeune âge !

 

Dans le coin du salon, chez Jim et Susan, le sapin a loué à nouveau cette année son espace qui lui est réservé par Bail emphytéotique. Il s’est doté de ses plus beaux ornements et apparats et, en guise de remerciement, le sapin sème au passage un doux arôme parfumé de forêt de sapinage. Les petits Lutins, Kathryn et Randall, du coin de leur fenêtre, savourent l’idée de jouer un tour, cet après-midi, à Katherine. PO saura bien protéger sa petite sœur (à moins qu’il ne concocte lui aussi un tour à petite sœur avec Lilly la Tornade)?

BEN QUOI ? J’aime jouer des tours avec les Lutins !

Dehors, notre précieux Lac a revêtu, pour une nouvelle année encore, son chaud manteau de glace et de neige. Écoutez : au loin, la glace craque d’un coup de canon, saluant ainsi Paul et Trina… Dessous, nos truites et achigans se sont rapidement mis en état d’hibernation attentant fébrilement le redoux prochain et elles sauront bien échapper à Charles et Leslie qui chercheront à amener du bon poisson sur la table pour Joyce et Dorothy.

La haut, le clair de lune brille encore et veille sur nous en éclairant, de ses dernières lueurs, le clocher de notre vielle église du village. De sa fenêtre du Camp, Guy, et de sa fenêtre de l’Auberge, Liam et de son Hôtel et restaurant du Coin, Marie-Josée, préparent déjà  le Brunch du dimanche.

PARLANT HIBERNATION, … On « est-t’y » bien sans nos damnés moustiques, araignées, souris et fournis qui, elles aussi, ont bien hâte au printemps pour revenir nous hanter et nous rendre la vie difficile!

Nos deux huards, les préférés de Richard et Claire lorsqu’ils lisent un bon livre sur leur quai, ainsi que nos canards et ces autres amis fidèles aux belles plumes colorées, sont maintenant bien loin, au chaud, dans ces pays du Sud où Normand et Marie-Lise, Pierre et Thérèse et bien d’autres privilégiés iront prochainement les rejoindre. Vous saluerez tous nos nomades colibris, huards et canards de notre part. Nous nous ennuyons déjà de leurs chants mélodieux.

GRRRR… Mais certes pas ceux de ces damnées corneilles, grassement nourries des vidanges de Michele et Alain!

Nos bambis, bien gavés du repas que leur ont offerts Angèle et Mario, avec leurs savoureuses nouvelles plantes, poinsettias et arbustes, dorment paisiblement sous le sapin de Sylvie et Gavin, attendant leur prochain repas. Sans doute demain iront-ils chez Charles et Naira ou encore chez Serge et Gabrielle? Il parait qu’en sautant la clôture, les cèdres de Gabrielle sont exquis!

BEN QUOI ? Je m’ennuis du temps où je pouvais nourrir mes beaux Bambis!

 

À l’intérieur, la table est mise. Les chandelles se dandinent au passage d’un coup de vent. La dinde est farcie. Elle a revêtu sa plus belle robe pour accompagner sa farce et ses atocas. Elle n’attends, fébrilement, que ce doux moment où elle pourra enfin aller se réchauffer, sous 350 degrés, dans sa petite maison Bosch, après avoir séjourné au frigo plusieurs jours, sous une température de trois degrés. C’est cette chaleur qui lui redonnera vie, beauté et cette couleur bronzée s’apparentant à celle que Normand et Marie-Lise sont en train de travailler à obtenir sur leur nouveau navire, sous un soleil radieux entre la Floride et les Bahamas. C’est cette saveur qui rendra sourire et plaisir à Donna et Naira.

Dans le coin, là sur la table, baignent les canneberges, préparées avec attention par Amélie et Simon, dans leur onctueux élixir au Grand Marnier. Les canneberges sont anxieuses de faire connaissance de Dame Dinde, sa farce et ses atocas.

BEN QUOI ? Tout comme Amélie et Joan, j’aime bien manger… Pis j’aime ça « du » Dinde avec des « pétates pilées » pis des atocas!

La porte de la cuisine s’entrouvre. Le domestique de Brian et Thérèse apporte le pain, un petit verre de trop dans le museau. Pendant ce temps, ses invités, Gerry et Toni, sont attablés appréciant la magnifique nouvelle chanson de Noël qu’Ima fredonne sur Spotify. À l’autre bout de la table, Carole Anne tombe soudainement sous le charme de Claude, comme lors de leur première rencontre.  Pauvre Gail Ann tout à côté de William: elle s’est vite endormie après une année si remplie de travail intense …

Caroline et Bruno, en catimini, s’éclipsent pour appeler à la maison et s’enquérir de la famille restée seule.  Stéphanie, affamée et s’ennuyant, dévore le pain apporté par Sébastien. Barbara oublie ses bouchées de cocktail dans le four déclenchant l’alarme de feu et appelant Will et Valérie pour savoir comment fonctionne l’extincteur de feu? Pour Jennifer, c’est plus embêtant ayant échappé le cornichon dérobé de Todd et Léna l’ayant gobé d’une bouchée, et recraché tout aussi vite.

BEN QUOI ? « SCHÉ » Noël et il faut s’amuser. Aurais-je oublié l’un de nos riverains?

 

Plus au froid, dans la cave à vin, séjournent ces bons Brunello di Montalcino et Romanée-Conti qui n’attendent que de s’affronter en duel pour le meilleur palais. Au goût de nos deux Sommelier Patrice et Peter John,, le premier se darne d’être d’un rouge rubis, intense, au parfum caractéristique et chaleureux, quoiqu’un peu tannique, robuste et harmonieux, alors que l’autre… Eh bien il n’a plus à se vanter, et sa réputation n’est plus à faire, étant sans doute, de l’avis de notre autre dégustateur Ronald, l’un des meilleurs vins au monde, n’attendant que de s’épanouir lorsque son bouchon sautera enfin, ouvert par Gerry, pour dispenser ses arômes riches et boisés. Christine le dégustera et ses pommettes viendront rapidement trahir son engouement des bons vins.

BEN QUOI ? Comme vous tous, j’adore les bons vins…

L’heure avance à grand pas d’aiguilles. Je ne saurais oublier de vous parler de Marc qui, avec son passager Christian, viennent tout juste d’atterrir sur le Lac en Cesna à skis, frôlant au passage la cheminée de Chris puis celle de François. Au doux ronronnement du moteur, Hélene, finalement, entre-ouvre les yeux. Elle se dépêche à enfiler sa robe de chambre, attirée par cette douce odeur de bacon et de croissants chauds que Richard lui a concocté pour le Brunch. Daniel, lui, encore en pyjama, sirotant son Café Latte avec Denise, arpente le salon attendant l’heure où il pourra enfin ouvrir les premières pistes de notre Petit train du Nord pour s’élancer en skis de fonds; Denise, elle, sort son petit points et poursuit son inlassable confection fleurie pour son jeté.

BEN QUOI : Hélène adore ça, elle aussi, les croissants chauds.

Finalement, tout là-haut, dans leurs palais, scrutant l’horizon et cette magnifique vue de notre Lac, Laurier et Luc, avec les deux Lucie. avaient passé la nuit chez Diane et Jean-Pierre, après une soirée où les rires se répercutaient de montagnes en montagnes, au fil de l’écho : ils avaient joué ensemble et avec Pierre, Nathalie, Éric et Lydia à « Mâche Mots »!

CROYEZ-EN Angèle et Mario : c’est un jeux à découvrir (…ou pas…)!

* * *

 

SERGE, SCOTT, GABRIEL et FRANÇOIS et nos familles respectives, se joignent à moi pour vous souhaiter à tous de Joyeuses Fêtes, anticipant avec grand plaisir de vous revoir sous peu, un vendredi soir chez Marie-Josée (au Resto du Coin) ou sur les pentes ou sur notre merveilleuse piste, Le Petit Train du Nord.

Votre Président,

Patrice Vachon

 

 

error: Alert: Content is protected !!